Q & A

Ce n’est pas évident de vivre à l’étranger en tant qu’artiste.
La langue, la culture, la connaissance et la vie quotidienne, tout ça est parti de zéro.
Si vous aviez le choix, est-ce que vous prendriez la même décision ?

Ce n’est pas évident de répondre à cette question.
Honnêtement, je suis toujours dans hésitation : soit je quitte la France, soit je reste.
C’est un challenge de ne pas abandonner et aussi ma responsabilité. Aujourd’hui je n’ai pas encore fini ce que je dois faire et c’est moi qui ai décidé de venir en France. j’ai donc la responsabilité de tenir jusqu’au bout. 

Depuis quand brodez-vous ?  Un déclic ou longue maturation ?

Depuis 2010.
En fait depuis tout petit, vers 7-8 ans, j’ai commencé en autodidacte des choses manuelles, comme des nœud chinois, etc.
À partir de 27 ans, j’ai décidé de réaliser mes propres broderies d’art.
Ce pendant, j’ai eu le déclic à l’université lorsque mon professeur nous a demandé de broder des perles sur une corde, c’est à ce moment que ma passion a commencer.

Vous avez réalisé votre rêve d’enfance: celui de découvrir la France. Était-ce à la hauteur de vos attentes?

Je dirais plutôt que c’est la France qui m’a ramené à la réalité, mais la naïveté du rêve est un moteur puissant.
La France est tellement plus grande que Taïwan, la meilleure façon de la découvrir est d’ouvrir grand les yeux et non de vivre dans l’illusion.

L’art est un long chemin, en particulier pour réaliser un tableau : ce la représente un travail énorme. Il faut avoir les ressources nécessaires pour le soutenir, comment trouver-vous équilibre entre les impératifs de la réalité et vos ambitions artistiques ?

L’art est une responsabilité : qui représente la conviction de l’artiste et comme une pratique en soi.  
Au fil du temps, à l’intersection des grands changements, on pourrait perdre le sens de l’orientation ; n’oublions pas que la véritable essence de l’art ne résiste pas dans l’idée de plaire, mais dans la révélation de nos sentiments à travers l’art.
Je suis convaincu de la chance que j’aie, malgré cela, j’ai tout de même pris de mauvaises décisions. Aujourd’hui, je ne cesse de corriger mes erreurs, peut-être certaines d’entre elles n’ont pas encore été réparées. Je suis convaincu que le Ciel me donnera toujours sa bénédiction, à laquelle je me réfère pour bien vivre, accepter  tous les défis et les relever.
Un vrai artiste ne devrait pas faire de l’Art l’objet d’une cause financière, mais cela ne veut pas pour autant dire que mes œuvres ne peuvent pas être échangées pour des intérêts fondamentaux.
Jusqu’à aujourd’hui, si e continue à travail sur mes créations, c’est non seulement grâce au soutien de ma famille, de mon compagnon, de mes amis, des collectionneurs, des mécènes et aussi grâce à mon destin, mon éducation et ma conviction, tous ces éléments constituant la base de mes sentiments, que je peux continuer de travailler sur mes créations.
C’est par la voie de la foi que nous comprenons, au moment opportun : ce qui nous est vraiment nécessaire. Nous perdons la foi lorsque nous nous soucions de satisfaire nos désirs.
Lorsque vous voulez faire une chose avec sincérité et accomplir une mission, le Ciel fera le meilleur arrangement pour vous. »

Faire des œuvres aussi grandes, pour un créatif, n’est-ce pas un peu frustrant ?

Oui, évidemment, je travaille aujourd’hui seul, pour moi c’est aussi difficile à expliquer.
C’est encore trop tôt pour y répondre, mais je me suis convaincu que je suis né pour faire ça ! 

Comment pratiquez-vous la broderie ? Les techniques que vous utilisez, les outils, dans quel(s) lieu(x), à quel moment ?

Bon nombre de mes œuvres sont de grande taille. Je réalise alors au crayon un dessin, une esquisse sur papier en taille réelle. 
La simplicité de cette représentation, en noir sur blanc, permet de laisser libre cours à mon imagination pour le choix des couleurs et des perles.
Mon croquis achevé, je le reproduis alors sur toile afin de guider mon travail. Une simple aiguille et du fil métallique me suffise pour mettre en place soigneusement perles et sequins sur leur support.
Je reste convaincu que la méticulosité est la clé de réussite de mes créations